banniere logo_fond

Comportement

 

Le Développement comportemental du Chiot

Quand votre chiot arrive chez vous, idéalement vers sa 8ème semaine, il a un passé qui est déjà important. De plus, il change brutalement d’environnement, et va devoir s’adapter. Laissez lui un ou deux jours pour faire connaissance, et profitez en pour faire sa connaissance !

Il est déjà passé par diverses étapes qu'on peut découper ainsi :

Bien sûr, ces étapes ne sont pas aussi tranchées, et se superposent légèrement. Mais elles suivent un ordre biologique, et la réalisation correcte de chacune, conditionne le bon comportement futur du chiot. Seul, 20% du comportement sont d’origine génétique. Les autres 80% sont acquis !

A/ La Période Prénatale

Pendant la gestation (2 mois chez la chienne) le système nerveux se développe. Les neuroblastes se multiplient, grandissent, et prennent leur forme définitive : les neurones. Ils se connectent entre eux, par de très nombreuses synapses. Déjà, celles qui ne seront pas sollicitées, vont disparaître. C’est pourquoi toutes les stimulations envers la chienne (visuelles, sonores, et surtout tactiles : caresse du ventre ….) seront favorables au chiot, pour sa capacité ultérieure à mieux s’adapter à son environnement.

comportement

Il faut savoir que les stimuli stabiliseront le nombre de synapses et éviteront au maximum l’autodestruction des synapses inactivées. Pour chaque « circuit », il existe une période sensible durant laquelle doivent apparaître les stimulations adéquates. Après cette période optimale, l’acquisition de certains comportements spécifiques sera plus difficile, voire impossible.

Le fœtus possède des capacités sensorielles (tactiles, gustatives, ..). Dés le 45ème jour de gestation, il perçoit les manipulations du ventre faites à sa mère. Il s'y habitue même ! Il perçoit aussi les stress de la chienne, et autres émotions, par des substances neuroendocriennes, par l'intermédiaire du liquide amniotique (par exemple : la transmission de l’anxiété).

comportement1

B/ La Période Néonatale

Va de la naissance à l’ouverture des paupières, vers le 10ème jour.

comportement2

Le chiot nait sourd, aveugle et incapable de se lever. Son système nerveux n’a pas fini son développement (pas encore myélinisé). Il passe 90% de son temps à dormir. Il faut absolument respecter cette proportion, et le manipuler dans les 10% du temps d'activité (le peser par exemple). Ses seules activités sont réflexes à cet age. Il cherche à se nourrir (trouver une tétine libre) à se réchauffer (attitude d'enfouissement) et à éliminer (réflexe périnéal).

Il est totalement dépendant de la chienne, qui, de son coté, doit être attachée à son (ses) chiot(s), même sans réciproque de sa (leurs) part(s). Elle a un rôle fondamental dans le renforcement des réflexes primaires (ex : stimulation du muscle anal, par léchage).

comportement3

C/ La Période de Découverte dite de « Transition »

Va du 10ème au 21ème jour.

Les organes des sens deviennent fonctionnels :

L’attachement à la mère permet d’apaiser le chiot. Elle lui sert de base pour ses explorations dite « en étoile » : il part et revient se remettre en sécurité auprès d’elle, avant de repartir vers un autre lieu. La sécurité est un élément important pour un bon équilibre comportemental du futur adulte.

Cet attachement conditionne aussi le chiot à « l’imprégnation » à son espèce (intraspécifique). K. Lorenz l’avait démontré avec des oisillons : l’appartenance à son espèce n’est pas innée, mais acquise vers le 18-20ème jour pour un chiot (dans les 2 premiers jours chez un oisillon).

comportement4

Enfin l’imprégnation permet de reconnaître ses semblables, et les futurs partenaires (sociaux ou sexuels) qui débouche sur la période suivante :

D/ La Période de Formation

Le système nerveux du chiot étant maintenant performant. Il continue à emmagasiner de l’expérience. Il s’adapte à un niveau moyen de stimulations. S’il en manque, il deviendra, à l’age adulte, inquiet des nouveautés. Au contraire, lui fournir des stimulations par tous les canaux sensoriels (odorat, vue, toucher, auditif, voire gustatif) développe la connaissance de son environnement futur, et en fera un chiot « bien dans sa peau ». Il acquiert son homéostasie sensorielle

C’est aussi la période (jusqu’à la 7ème semaine) où les individus des autres espèces : chats, oiseaux, rongeurs, et surtout humains (homme, femme et enfants) doivent lui être présentés (la socialisation inter spécifique). Après cet age, l’attirance du chiot pour les nouveautés décroit. Jusqu’à la 14ème semaine, il n’acceptera que les expériences qui lui auront laissées un bon souvenir. Au delà, l’apprentissage inter spécifique devient difficile. Il doit s’opposer aux comportements de prédation de l’espèce canine.

comportement5

Mais c’est justement vers la 8ème semaine que le chiot change de milieu. Il se retrouve dans une famille humaine qui sera, pour lui, sa nouvelle meute.

E/ La Période de « Socialisation vraie »

De la 8ème à la 12ème semaine.

En fait, une société animale se compose d’individus d’une même espèce, une meute pour les canidés, d’ages, et de sexes différents, mais aussi de prérogatives, de code de « bonne conduite » à respecter, de hiérarchie, voire de spécialisation.

Le chiot assimile sa famille d’accueil à une nouvelle meute. Il vient de quitter sa mère et sa fratrie, objet de toute son attention jusqu’alors, mais aussi un environnement olfactif, visuel auditif et tactile qui le sécurisait. Le voici dans un nouveau monde. Laissez lui un peu de temps (environ 2 jours) pour le découvrir. D’autant plus qu’il ne dispose pas encore de tous les acquis nécessaires à la vie en groupe, qui sont :

-Acquisition des autocontrôles : le chiot a appris à ne pas mordre trop fort le mamelon de sa mère, au risque de se faire interdire les têtées. De même, sa mère est intervenue s’il gémissait des mordillements d’un autre chiot. Il a appris à maitriser la puissance de sa mâchoire. S’il sert trop fort, la chienne intervient, le saisit par la peau du cou, le secoue, et le jette parfois assez loin (jusqu'à 2 m). Le chiot prend conscience de sa marge de manœuvre, et acquiert simultanément et inconsciemment les 3 étapes d’une séquence comportementale :

comportement6

-Acquisition de la communication :

D’abord posturale :

le chiot apprend les postures de soumission vis à vis de sa mère et des autres adultes, mais aussi toutes les mimiques d’appel au jeu et autres activités…

comportement7

Puis, et surtout, olfactive : les phéromones :

Ce sont des substances sécrétées par l’animal et perçues par un autre individu de la même espèce, pour lui transmettre une information. Ces substances sont essentiellement produites par des glandes cutanées : glandes podales, jugales, anales, supra-caudales, conduit auditif externe, et des secrétions sexuelles. L’urine et les fèces participent aussi au marquage.

Et perçues par la muqueuse du nez de façon volontaire (le reniflement) ainsi que par un organe sur le plancher du nez, l’organe voméro-nasal qui capte les odeurs de façon involontaire (le flehmen).

Ces phéromones transmettent une information sur l’état physiologique de l’émetteur, et fait réagir le receveur.

Ainsi la communication s’établit dans une espèce. Les divers canaux (attitude, olfactif, …) peuvent être sollicités simultanément pour transmettre des informations plus complexes : des postures, une odeur, un cri peuvent indiquer une position hiérarchique dans la meute. La communication est garante de la cohésion du groupe. Elle y assure à chacun un rôle. L’arrivée dans la famille d’accueil doit permettre au chiot de retrouver des repères fixes et fiables. Et c’est une lourde responsabilité que d’adopter un chiot. On a tendance à tout lui céder, par amour, alors qu’au contraire, pour son bonheur futur, il a besoin de normes (des autorisations et des interdictions constantes et identiques face à un même événement)

F/ La Période Juvénile

Du 3ème mois à la puberté.

F1/ La hiérarchie (les hiérarchies) a commencé à s’installer dans la période de socialisation vraie. Elle se poursuit par :

comportement8

F2/ Ensuite, le plus important : l’acquisition de l’autonomie

Nous avons vu l’attachement de la mère à son chiot; puis celui du chiot à sa mère. Cet attachement réciproque a permis au chiot de bien développer son comportement :

-base de sécurité pour l’exploration

-imitation pour les aspects sociaux

-imprégnation pour l’appartenance à son espèce

-etc...

F3/ Et enfin, le chiot doit s’attacher à la meute !!!

C’est la partie fondamentale du travail de la famille d’accueil. Arrivant vers 2 mois, il ne doit pas passer d’une protection maternelle quasi totale à celle encore plus forte d’un seul humain. Mais il doit se sentir protégé dans toute la famille. Cette période doit être mise à profit pour « marquer » le chiot junior à sa place et à son rôle au sein du groupe.

comportement9

Pour les longues années de vie commune, et pour le bonheur du chien, il faut réussir ces 2 dernières étapes (E/ et F/) : la conscience de sa position hiérarchie et les limites de son autonomie, dans la famille-meute humaine, pour le plus grand bonheur de tous.

Source : © Clinique Vétérinaire de l'Atlantique . Les Sables d’Olonne. Février 2009

retour sur la page Médecine

 

© Clinique Vétérinaire de l’Atlantique - Tous droits réservés.